Category » Matériel Archives - RvB Images, photographies et discussions autour de la natureRvB Images, photographies et discussions autour de la nature Matériel Archives - RvB Images, photographies et discussions autour de la nature

Matériel

Le chien, meilleur ami du photographe… !

* : Ehh, quoi de neuf, docteur ?

Ehh, what's up, Doc ?

Ehh, what’s up, Doc ?*

Bonjour à tous, j’espère que vous allez bien ?
Pour tout un tas de raisons, le blog est rentré quelques temps en léthargie, mais rassurez-vous tout va bien, et son activité va reprendre, même si elle sera différente.

1. Changements matériels

Puisqu’il faut bien commencer par un bout, commençons par le moindre… le matériel.

Comme j’y reviendrai plus tard plus longuement, faisons simple et court. Pour des avantages de poids et d’encombrement, et après de longues hésitations, j’ai commencé à migrer une partie de mon matériel dans le format µ4/3. Tout ce qui va du grand angle aux focales d’environ 150mm équ. est concerné (et peut-être plus dans un proche avenir)… ce qui ne signifie pas que je ne conserverai pas certaines focales dans ce range en reflex. Et pour parler de la qualité des fichiers, et bien, comment le dire, c’est au moins aussi bon que ce que délivre mon D7000 tout en pesant 2x moins. Et je pourrais sans doute même écrire que ça me semble meilleur dans le cadre de mon utilisation, mais cela se joue sans doute sur la qualité des optiques concernées.

J’y reviendrai bientôt plus en détails mais pour résumer, je dispose actuellement d’un Olympus OM-D E-M1, du 12-40mm/2.8 (équ. 24-80), du 45mm/1.8 (équ. 90mm) et du 60mm Macro/2.8 (équ. 120mm). La qualité des fichiers et des optiques sont au top.
La partie reflex (D7000) est elle en charge des longues focales (70-200, 300mm et 500mm), et des focales Macro (60 et 150mm/2.8), en binôme de l’Olympus. Et se pose ou se posera pour moi la question de savoir si je reste en APS-C pour la partie reflex, ou si je passe au format supérieur 24×36. Au vu de la qualité des fichiers de l’E-M1… je penche pour la seconde option !

2. Un rêve de gosse qui devient réalité

Certains d’entre vous qui lisez ce blog n’ignorez pas qu’un compagnon de route va lui aussi bientôt animer ce blog à mes côtés. J’en parlais à demi-mots dans mon éditorial 2014 « Incandescence (et trépignation) » que vous pouvez relire ici, mais il est maintenant l’heure de lever le voile, car mon futur acolyte a désormais 3 semaines et demi, et qu’il sera à mes côtés d’ici fin Juin !

Altdeutshe Schäferhunde, berger allemand ancien type, Olympus OM-D E-M1, 45mm f/1.8, 1/160, f/2.8, iso 200

Qui pour m’accompagner dans mes est’capades ?

Et voilà les deux postulants à l’âge de 3 semaines !
Ce sont des Altdeutsche Schäferhunde (Altdeutscher Shäferhund pour le singulier), appelés encore Berger Allemand à poils longs ancien type, ou pour résumer, une lignée des bergers allemands tels qu’ils étaient au début des années 70, et sans les dérives morphologiques qui ont suivi les concours de beauté…
Plus d’informations en suivant ce lien vers le site de l’UCFAS : Union Cynophile Française Altdeutsche Schäferhunde

En terme de couleurs, les deux seront argentés, mais avec des robes très différentes. Celui à droite (quand on regarde l’image) va s’éclaircir mais sera plus foncé que celui à gauche, qui lui va foncer. Dur de choisir pas vrai ?!
Entre nous, depuis le début, la couleur m’importe moins que le caractère, et compte tenu du fait que ce chien sera de toutes mes sorties natures, c’est sur le caractère que je mise mon choix ! Et comme on peut désormais avoir une petite idée de ce à quoi ils ressembleront à l’âge adulte, et je peux dire que le résultat final devrait être très chouette dans les deux cas !

Depuis mon enfance et mes lectures de Jack London, je rêve de sillonner la nature avec un compagnon à 4 pattes à mes côtés, et depuis que je fais de la photo, c’est un rêve qui devenait de plus en plus pressant. Il est sur le point de se réaliser… mais rien n’aurait été possible sans le travail formidable d’une éleveuse, Laetitia, dont la passion de la nature se transmet jusque dans sa manière d’aborder l’élevage. Un assemblage subtil entre l’intelligence humaine et le respect du chien que je cherchais, et espérais trouver, sans trop y croire. Mais ça existe ! Et le résultat, ce sont des chiens biens dans leur tête, et bien dans leurs pattes. Merci à elle, pour son travail et ses valeurs.

Vous pouvez visiter son site, La Légende du Loup Noir en suivant ce lien :
La Légende du Loup Noir

Vous pouvez également voir les autres photos des chiots de la portée par ici (avec photos des parents, Manga et Drago, en bas de la page) :
Les chiots de Manga et Drago

Et bien entendu, un suivi régulier de l’évolution des petits, ici-même, jusqu’à l’adoption, puis de ce chien à mes côtés dans la verte !

Inévitablement, cette arrivée se soldera par une modification au moins temporaire de mon activité photographique, le temps que le petit s’habitue à la nature et à ses habitants, et qu’il les respecte ! Il y aura donc dans un premier temps plus de paysages, plus de macros, et moins d’animalier… le temps pour lui de grandir physiquement et dans sa tête, puis de me prêter son instinct, son odorat, et son ouïe pour m’aider et m’accompagner dans notre quête des mammifères sauvages.

Un vrai pari, mais surtout une belle aventure nous attend !

Et pour vous donner un aperçu de ce que sont ces chiens à l’âge adulte, vous pouvez visionner les images sur la galerie de l’UCFAS, ainsi que les deux galeries réalisées lors de la première nationale d’élevage lors du WE des 3 et 4 Mai :

L’une réalisée par mes soins ici : Images officielles NE 2014 – Hervé Balland

La seconde par Guillaume Wentzel, ici : Images officielles NE 2014 – Guillaume Wentzel

La suite de mes nos aventures, prochainement !

Prenez soin de vous,
Hervé

Sortir en nature par temps froid

Sur les traces du campagnol

Piste de campagnol

Il n’est pas toujours facile de s’extraire de sous la couette pour sortir en nature lorsque les températures extérieures naviguent en dessous de zéro degré. Ces conditions sont pourtant l’occasion d’observer une nature qui, figée, se montre tour à tour radieuse, si le soleil veut bien se montrer, ou mystérieuse, si ce sont les brumes qui l’enlacent. Un plaisir qui doit le rester et qui le restera si vous prenez la peine de vous vêtir convenablement. Cela semble une lapalissade, pourtant, s’il est relativement facile de trouver de quoi s’habiller chaudement sous nos latitudes, il est plus difficile de combiner un confort thermique relatif à l’arrêt au même confort thermique en phase de déplacement, et vous pourrez multiplier les couches techniques autant que vous le voudrez, ou pourrez, elles ne vous serviront à rien une fois que vous serez trempés de sueur.

Un rafraîchissement… des idées, étant parfois bénéfique, et quelques fois nécessaire, je vous invite à lire, ou relire, l’article que j’avais écrit sur le sujet en Février dernier. Il aborde l’habillement par temps froid sous l’angle du photographe/observateur nature, mais est largement extensible à toutes les activités extérieurs, actives, passives, ou mélangeants les deux.

Lien vers l’article : Se protéger du froid en photographie nature

J’y aborde la notion de système (certains d’entre vous sont probablement familiers du système 3 couches), et n’ai pas changé grand chose à celui que je présente dans cet article qui reste, selon ma propre expérience, une excellente base de départ qu’il vous sera toujours possible de faire évoluer ensuite afin de mieux coller à vos propres besoins.

Afin de l’améliorer dans le cadre de ma pratique, j’ai remplacé cet automne le pantalon Bergans Venabu – qui reste mon choix par temps sec et clément – par un Norrona « Heavy Duty Hybrid Pants » Dovre (lien site de la marque). C’est un pantalon hybride auquel je fais référence dans mon paragraphe sur le Venabu, et s’il est effectivement un peu plus bruyant qu’un pantalon en coton ou polycoton, ses empiècements en membrane sur les fesses et aux genoux permettent de s’agenouiller ou s’asseoir en terrains humides tout en restant sec. Sa matière principale, le polyamide, est relativement fluide (sensation de coton au toucher), (très) déperlante, très coupe vent, et avec le grammage élevé dans lequel est proposé ce pantalon, très (très) résistante à l’abrasion et à la pénétration de tout ce qui pique (épines, ronces, etc…). Il intègre de plus des crochets en bas des jambes qui permettent de le fixer aux lacets des chaussures ce qui transforme le bas de pantalon en guêtres. Je le teste depuis 2 mois, et c’est vraiment très efficace dans l’ensemble. C’est cher, mais si vous en avez l’utilité, c’est probablement ce qui se fait de mieux en ratio confort/performance.

Enfin, je vais changer les gants de ski (très bruyants) qui me servaient durant les phases d’attente en affût par des gants en laine feutrée (Outdoor Designs Tyrol). C’est (très) chaud, assez coupe vent, relativement étanche à l’eau tant qu’il ne s’agit que de neige (la laine feutrée est très hydrophobe), ça ne me semble pas trop fragile, et ils sont surtout totalement silencieux. De plus, dans le cadre de ma pratique, ils me permettent d’accéder aux fonctions principales de l’appareil photo sans avoir à les enlever (pour les réglages fins et/ou l’accès aux menus de l’appareil, il faudra en revanche les retirer). Ce dernier point n’était pas recherché, mais par très grands froids, ce sera un avantage indéniable ! Je n’ai pu que les essayer pour le moment, mais nul doute qu’en combinaison de sous gants en laine et gants en cuir (afin de parfaire l’effet coupe vent et protéger les sous gants de l’humidité), ils représentent potentiellement le maître choix que je recherche depuis un moment !

En respectant ces quelques bases, sortir de votre lit, puis à l’extérieur même par temps froid, ne devrait plus être un calvaire, et peut-être devenir un plaisir !

À bientôt,
Hervé

Du carbone au bois, « la transgression* »…

* : au sens étymologique de la progression, du latin transgressio (« marche à travers, au-delà »)

Pour situer rapidement les choses, après environ 8 années de loyaux (et parfois bons) services, voici une grosse semaine que j’ai remplacé mon trépied Manfrotto 055 ProB et ma rotule 488 RC2 du même constructeur contre un trépied Berlebach et une rotule de type pendulaire (sur laquelle je reviendrai bientôt) de marque Dietmar Nill (du nom du photographe qui lui donna naissance). Un changement qui s’inscrit dans une très (trop) longue réflexion, rendu incontournable par l’acquisition toute récente d’un Sigma 500mm d’occasion reçu lui Jeudi dernier. Le 300mm f/4 à qui il succède reste en ma possession, si excellent que je ne souhaitais – dans la mesure du possible – pas m’en séparer, mais pour un usage qui en souffrira forcément.

De diffusion restreinte par rapport aux rotules Wimberley (ou « equivalentes »), la rotule Dietmar Nill dira peut-être quelque chose aux plus techniciens d’entre vous. Il est en revanche probable que la plupart d’entre-vous entendent ici parler de la marque de trépieds Berlebach pour la première fois. Et si la Dietmar Nill, en aluminium, se veut résolument moderne, Berlebach ancre sa réputation depuis la fin du 19ème siècle dans la fabrication de trépieds traditionnels en bois,… qui ne boudent pour autant pas certaines innovations techniques. Ces deux produits sont par ailleurs fabriqués en Allemagne et sont garantis 5ans pour la rotule, et 10ans pour le trépied.

Berlebach Report 102 & Dietmar Nill, ici avec un D7000 + Sigma 500mm
Sur les deux premières images, vous pouvez observer le trépied en extension maximale avec la rotule en mode pendulaire : la molette de blocage du mouvement vertical est desserrée, la base panoramique est desserrée, et la molette de frein est ajustée pour conserver la position voulue quel que soit l’angle !
Le troisième image montre le trépied avec les jambes dans un angle de 80° (qui est l’avant dernière position, la dernière offrant un angle de 100° qui permet donc de poser le trépied à plat y compris sur un sol inégal).

Le bois, à l’ère du carbone et de l’aluminium, dans une utilisation clé de la photographie animalière, voilà bien un élément inattendu dans la besace d’un photographe nature. Voici le comment, et le pourquoi de ce choix quelque peu marginal. 😉

I. Prémices

J’aime le bois. C’est un argument évidemment trop léger pour se suffire à lui-même, mais lorsque l’idée de remplacer mon trépied en aluminium a commencé à germer, il y a 3 ou 4 ans, mon cursus scientifique et personnel fit que j’ai d’emblée placé le bois en pôle position des matériaux à considérer dans un trépied afin d’amortir les vibrations durant la prise de vue.
En effet, lorsque je me suis intéressé à l’astronomie, je me suis aperçu que les meilleurs télescopes étaient fournis avec un trépied en bois. Ça n’a pas changé et quiconque a jeté son œil une fois dans un oculaire à fort grossissement d’une lunette ou d’un télescope comprendra ce que je veux dire : la résolution des problèmes vibratoires est au cœur de ce qui différencie une observation confortable d’une observation pénible, voire impossible. Poussant le raisonnement dans une autre direction, adolescent, je me suis demandé pourquoi les crosses des carabines de tir olympique étaient en bois, un matériau que je jugeais lourd quand il devait y avoir tellement de matériaux plus légers : une fois encore, la réponse était dans la gestion des vibrations que permet ce matériau. Plus loin encore, enfin, de ma pré-adolescence au bord des cours d’eau à courir la truite, je me suis souvenu de cette canne en bambou que j’ai finalement préférée à son homologue en carbone car je la trouvais plus fine et douce dans ses réactions, et que tout simplement, je trouvais que cela augmentait mon plaisir à pêcher !
Mais attention, n’y voyez aucune fausse nostalgie, mais au contraire l’envie d’aller au bout des choses et de cerner ce qui véritablement apporte un progrès, jugé d’un regard critique qui va au delà de ce qui semble communément admis : une histoire, mon histoire, qui nous ramène définitivement à la transgression du titre de cet article.

a) La quête commence

Nous sommes en 2008 – 2009. Désormais convaincu d’être sur la bonne piste, je me suis donc mis à rechercher un trépied en bois. Sans doute assez mal à l’époque car je n’ai rien trouvé de pertinent, et comme les fora francophones n’abondaient vraiment pas dans le sens du bois – si ce n’étaient ceux relatifs à la photographie de studio – je laissais peu à peu tomber mes espérances pour me résigner, peut-être, à adopter, un jour !, le choix du plus grand nombre, le carbone !

Sans polémique, cela ne prend pas beaucoup de temps et de recherches pour comprendre que le consensus dans le haut de gamme photographique en carbone s’établit rapidement autour d’une marque, Gitzo. Et que si d’autres marques coexistent (reviennent principalement dans les débats Benro et Feisol) au côté de ce géant, il semble que ce soit au bénéfice du prix, mais au détriment de la qualité finale et/ou de la durabilité : même si l’on trouve des utilisateurs heureux de ces marques, on en trouve aussi assez facilement de très insatisfaits. Je ne trancherai pas la question de savoir qui a tort ou raison ici, mais j’avais fini moi-même par m’orienter vers un Gitzo Systematic, après avoir pourtant sérieusement considéré des alternatives plus abordables financièrement, dont la plus sérieuse (et à mon avis au moins équivalente) est représenté par la marque Dutch Hill et son modèle P900 : dont le seul défaut est un encombrement important qui le rendait incompatible à mes besoins en montagne.

Néanmoins, au delà de qualités reconnues, le carbone amenait aussi son lot d’inconvénients.

1. En cas d’orages, il deviendrait un excellent paratonnerre… « qualité » qu’il partage avec l’aluminium et qui a souvent limité le choix de mes sorties
2. En terme de conception, l’ex-chimiste que je suis sait que les colles qui servent à enchâsser les pattes du trépieds dans leur logement sont des points de fragilité sur le long terme qui peuvent poser problèmes dont les fora ne manquent pas, même s’ils semblent plus rares chez Gitzo
3. Marcher par accident sur un tube en carbone sonne souvent son glas
4. L’utilisation en milieux sableux/boueux nécessite un démontage nettoyage des sections avant de les replier pour en assurer la pérenité
5. Le SAV de la marque n’a pas une excellente réputation

Le choix avait donc beau être à priori le meilleur, il ne me contentait pas. Et s’il serait illusoire de vouloir trouver un trépied parfait, j’avais réuni le budget – stratosphérique -nécessaire, mais j’avais tout simplement la désagréable impression de me tromper, de faire fausse route… ce qui chez moi n’est jamais le signe d’un achat imminent quel que soit par ailleurs son bien fondé – que je n’avais pas ici ! Ce besoin est donc logiquement rentré en sommeil durant 2ans.

b) Le déclic

… et c’est finalement un test publié par Leica mettant en scène un protocole avec un Leica R8 et une focale de 1700mm (!) qui a remis le bois en selle de deux façons. La première était qu’à l’issue de ce test le bois sortait vainqueur face à des modèles adverses équivalents en aluminium, ou  (surtout pour ce qui m’intéressait) en carbone. La seconde en me faisant découvrir une marque que je n’avais pas su trouver moi-même via mes recherches antérieures, Berlebach.

Le test en question est un pdf : Comparatif de différents trépieds face aux vibrations

Pour les anglophobes, la déviation aux différentes contraintes est mise en évidence avec trépied en position haute, mais colonne centrale non déployée, en prenant une photo à 6.5m, à 1700mm, en pose de 15s, d’un papier millimétré sur lequel pointe un laser fixé sur le dispositif. De gauche à droite pour chaque trépied, on trouve le résultat pour : des pressions multiples sur le déclencheur (simule une pose longue sans déclencheur souple), un pendule en giration au bout de l’optique (simule la prise au vent) et sac de plaques métalliques de 2kg qui tombe d’une hauteur de 20cm près d’un des pieds (simule une vibration inattendue).
Et l’essentiel du reste est je pense compréhensible avec ces seules informations.

Suite à la lecture de ce test, fort de la découverte de cette nouvelle marque, j’ai repris mes recherches sérieusement, et s’ils sont rares, j’ai tout de même fini par trouver quelques utilisateurs heureux, et d’autres marques parmi lesquelles Wolf (un clone allemand de Berlebach créé par… un ancien membre de Berlebach), Stabil (une marque suédoise), Ries (une marque anglaise).

Petit à petit, le bois revenait donc sur le podium de mes alternatives, mais ce ne fut finalement que 3 ans plus tard que j’ai finalement franchi le pas !

II. L’importance du support

Au risque de bousculer un peu certaines idées reçues, hors problèmes mécaniques évidents, ce n’est la plupart du temps pas la qualité optique d’un objectif vis à vis de celle d’un autre « équivalent », et/ou les qualités d’un appareil photo qui décideront de la qualité finale d’une image. Disposer du meilleur couple possible en la matière sera bien entendu parfois déterminant, mais uniquement dans des conditions exceptionnellement difficiles (pour ne pas dire affreuses), et dans des proportions infimes par rapport à un couple moins performant (mais pas médiocre pour autant). Autant dire donc que ces deux éléments devraient être considérés comme les derniers à remettre en cause lorsque vous décidez d’améliorer vos images… sauf défaut(s) latent(s).

Tout ce qui gravite autour du boîtier et de l’objectif possède en revanche une incidence énorme dans la réussite ou non d’une image. En premier lieu bien évidemment, le talent, l’imagination, et la technique du photographe, mais d’un point de vue purement matériel, tous les éléments qui permettront la mise en oeuvre de ces qualités initiales sans les entraver. Et au premier rang de ces éléments, on trouve assez rapidement en bonne position, la rotule, et le trépied.
Je ne vais pas me lancer ici dans un classement de valeurs entre tous ces éléments qui constituent la chaîne de l’image, mais pour résumer ma pensée en quelques mots simples, cela pourrait se traduire ainsi :
« Devant une belle image, l’amateur demande avec quel appareil elle a été prise, l’expert demande avec quelle optique l’image fut crée, et le plus éclairé s’interroge sur les conditions qui ont permis la prise de vue. »

On arrive ainsi tout doucement à la conclusion qu’avant de faire progresser optique et/ou appareil, il est plus sage d’améliorer la qualité des éléments qui permettront à ces deux éléments de s’exprimer pleinement. Quid en effet d’une excellente optique et de l’image résultante si votre ensemble trépied rotule n’assure pas un support fiable ? Est-il raisonnable de s’en remettre à la chance quand on a par ailleurs dépensé énormément pour s’assurer une belle qualité d’images ?
Non, évidemment, et il sera presque toujours plus judicieux en cas de budget serré de sacrifier un peu de qualité optique pour disposer d’un ensemble trépied/rotule adapté qui permettra d’obtenir le plein potentiel de votre appareil et de son optique (quelles que soient leurs qualités de base).

C’est pourtant l’inverse qui se produit presque toujours. Le budget défini, on mise souvent tout sur une optique, ou un couple boîtier-objectif (en favorisant évidemment le boîtier : erreur !), puis avec ce qui reste, s’il reste quelque chose (!) on essaie de trouver un couple trépied rotule correct (ou pas). Puis on change car ça ne va pas, pour finalement après plusieurs années finir par consentir à payer ce trépied et cette rotule si cher que l’on s’était juré de ne jamais mettre autant dans ces éléments !
Les économies que l’on pensait ainsi réaliser sur deux éléments que l’on avait jugé à tort secondaires se transforment rapidement en une escalade financière qui aurait pu être évitée.

Si je n’ai donc qu’un seul conseil à donner à quiconque souhaite s’encombrer d’un trépied, et d’une rotule : car après tout, ce n’est pas obligatoire suivant le type d’images que vous faites : commencez par définir le support idéal à votre matériel présent ou futur (si ce futur n’est pas trop loin !), ce qui en cas de téléobjectif peut conduire à une facture assez salée, puis seulement faites progresser vos optiques, et votre appareil… et à mon avis dans cet ordre.

III. Les avantages d’un trépied en bois

L’amortissement des vibrations est le principal avantage du bois et, plus particulièrement, le bois de frêne est utilisé depuis très longtemps dans ce but. Peu noueux, ce qui engendre moins de fragilité, et disposant de longues fibres bien droites, il est par ses propriétés naturelles l’un des bois les plus adaptés mécaniquement à cet usage. Crosses de carabines sportives, trépieds d’astro-observations, pieds photos de studio, les applications du bois sont nombreuses et variées, mais toutes utilisent préférentiellement à tout autre le bois de frêne.

Parmi les autres avantages que je trouve aux trépieds en bois, je citerai :

1) Une conception sans collage par ajustage et vissage qui n’entraîne aucune fragilité cachée et qui ne prévienne avant d’un problème
2) La foudre n’est plus à craindre (au moins à cause de la matière)
3) Contrairement à ce que l’on pourrait penser, la résistance aux éléments (eau, boue, etc…) est supérieure à celle du carbone
4) Le contact avec les mains restera agréable de l’hiver à l’été
5) Le bois est moins fragile aux chocs que le carbone
6) Un trépied en bois peut se réparer facilement en cas de casse, y compris par soi même si tant est que l’on sache/puisse travailler la matière
7) Le prix d’un Berlebach dans la gamme Report représente 1/3 à 1/4 de celui d’un Gitzo

Concernant ce dernier point, je précise qu’il ne s’agit pas d’un critère qui a déterminé mon choix, mais qui ne nuit néanmoins pas !

IV. Les inconvénients d’un trépied en bois

À ce jour, et ce n’est pas faute d’avoir cherché, je n’en vois qu’un : je n’hésiterai toutefois pas à compléter cette section dans le futur, le cas échéant.

En dépit des efforts de la marque pour alléger sa gamme, en adoptant récemment le magnésium en lieu et place de l’acier dans la conception de la platine du trépied, à taille équivalente, les trépieds Berlebach sont encore quelques centaines de grammes plus lourds que leurs homologues en carbone auxquels je les compare pour mes besoins : Gitzo série 3.

Mais si l’on considère qu’ils se situent probablement plutôt au niveau des Gitzo série 5 en terme d’efficacité, le match nul est déclaré, quand l’avantage financier est clairement à l’avantage du bois.

V. La gamme Berlebach, et le modèle que j’ai choisi

Le lien constructeur : Trépieds en bois Berlebach (en anglais)

Elle se décline en trois gammes : Uni, report, Mini ; et est garantie 10ans, ce qui est bien mieux que ce que l’on voit habituellement.

Uni :  Gamme sans concession de poids (4 à 5kg et plus) qui se destine principalement au studio ou au support d’instruments d’astronomie avec des charges admissibles autour de 50kg (!). Je déconseille évidemment cette gamme en photographie de nature… mais si je n’avais pas à transporter mon trépied sur de longue distance : disons quelques centaines de mètres tout au plus ; et que j’avais le besoin d’un trépied solide pour de l’affût et une optique très lourde (6kg ou plus), je pourrais me laisser tenter par leur modèle « Bagyi édition » conçu par un photographe animalier : 5kg quand même ! ; mais qui permettrait de ne pas à avoir à se soucier de cette tourelle, inébranlable une fois ancrée dans le sol sur ses pointes !!

Report : Une gamme définitivement photographique qui démarre à 2kg (soit le poids d’un Gitzo Systematic série 3) et va jusque 3kg environ. Toute la gamme est apte à porter de lourdes optiques car le poids supporté indiqué est une charge de travail admissible et pas un poids théorique comme chez les autres marques : comprendre donc qu’un trépied référencé 18kg, par exemple, peut réellement supporter 18kg.

Mini : Comme son nom l’indique il s’agit d’une gamme pour travailler au niveau du sol, ou sur table. Gamme à mon avis très intéressante pour le travail macro-photographique*, on trouve sur le net des utilisateurs qui utilisent ces trépieds avec des rails de mise au point (manuels ou électriques) et utilisant des rapports de grossissements extrêmes avec des résultats bluffants : le trépied ne sera clairement pas le maillon faible dans un tel usage s’il devait y en avoir un !

* : J’ajoute que pour cet usage, Stabil propose également un trépied macro très… intéressant !

J’ai pour ma part opté pour un Berlebach Report 102, en version camo (payant) et vis 3/4 (gratuit).
Issu de la nouvelle gamme utilisant du magnésium au lieu de l’acier qui a permis de gagner 200g (l’ancienne gamme reste disponible en alternative un peu plus abordable), il s’agit d’un modèle court qui répond parfaitement à l’usage que j’ai d’un trépied en photo nature, essentiellement au ras du sol. Modèle le plus léger de la gamme, c’est aussi le modèle le plus stable (18kg de charge), critère que j’ai donc décidé de favoriser (pour l’usage animalier et macro) au détriment de l’extension maximale, qui pourrait être utile en paysage notamment.Vous verrez néanmoins plus loin que ce compromis n’est pas si grand qu’il ne paraît grâce au choix de rotule effectué avec la Dietmar Nill, qui avec un viseur d’angle une fois le trépied déplié me permet de viser environ à hauteur de poitrine alors que je mesure 1m85. S’agissant de plus dans mon cas d’un usage qui est, et devrait à priori rester, marginal, ce choix du modèle le plus court s’est fait assez naturellement, et sans regret même après quelques jours d’essai sur le terrain.

Disposant des mêmes qualités globales (taille +/- quelques cm, poids admissible), j’ai quelques temps hésité avec le modèle 132, qui dispose d’une boule de mise à niveau intégrée mais pèse 400g de plus, ainsi qu’avec le modèle 162, qui dispose lui d’un réceptacle pour un bol de 75mm qui permettrait là aussi une mise à niveau simplifiée pour un poids final supérieur là aussi de environ 400g (une fois la base de mise à niveau installée).
Avec une tête de type pendulaire, la possibilité de mettre un trépied à niveau rapidement est une qualité pratique, si pas indispensable, confortable. Si j’ai finalement décidé de m’en passer (pour le moment), c’est que d’une part cela me permettait de partir sur un modèle plus léger, et que d’autre part, la nouvelle gamme report permet par le jeu de module optionnel de passer d’un modèle à l’autre très simplement, ce qui rend le choix moins définitif. Il est bien évidemment en cas de besoin possible aussi d’avoir recours à une marque tierce pour la base de mise à niveau.

Un retour en arrière est donc possible, ce qui m’a fait opter pour le 102 plutôt que de me punir dès le départ de plus de poids pas nécessairement utile, et puis je le répète : on peut tout à fait utiliser une rotule pendulaire sans cet accessoire : en animalier, les téléobjectifs disposent d’un collier de pied qui permet de compenser la ligne d’horizon, et en paysage (car la Dietmar Nill a cette capacité d’être utilisable avec autre chose que de gros téléobjectifs, ou même de fixer deux boîtiers : je reviendrai bientôt sur cette rotule), il suffit de prendre plus de temps pour déployer le trépied convenablement grâce à la bulle de mise à niveau intégrée (il y en a une sur la rotule aussi) !

VI. Berlebach Report 102

a) Commande et présentation à chaud

(J’ai rédigé ce passage peu de temps après la réception de mon colis)

La commande sur le site de la marque s’est bien passée quoique fut un peu effrayante pour l’angoissé que je suis. Suite à ma validation de commande sur le site Berlebach, et la confirmation automatique de la prise en charge immédiate de ma commande, silence radio. Aucun message pour prévenir de l’envoi, et pas de suivi, donc, mais puisque ma commande est arrivée 4 jours plus tard, un Jeudi (commande le WE), on peut considérer qu’elle a été traitée dès Lundi. Le service d’envoi est réactif donc, mais il pourrait y avoir du mieux concernant la communication… j’ai d’ailleurs attendu longtemps une réponse à un email, mais le préposé à l’anglais était absent. Il est cependant à noter que j’ai re-testé le service ensuite et que la réponse cette fois-ci n’a pas tardé : soit ! 

Un carton dans un carton plus tard, j’extraie donc la bête en bois dans sa finition camo*, et le contact me plaît tout de suite beaucoup : mais comme j’aime le bois, mon avis est biaisé. Un rapide tour d’inspection me confirme que tout est OK. J’apprécie les belles finitions, et la robustesse que l’ensemble dégage. Du haut niveau, tout est bien pensé, bien réalisé, pas de souci !

* : Je ne suis pas un grand fan des camouflages, j’en ai déjà fait part, mais c’est parmi leurs couleurs celle qui me semblait la plus adéquate en terme de discrétion. Le fait est qu’il est superbe, et réellement efficace, le motif disparaissant en un gris assez naturel de vieux bois à grande distance : ce qui est parfait.

Pour replacer les esprits, le Report 102 est un modèle à platine simple, comme sur un Gitzo Systematic pour ceux qui souhaiteraient un repère connu :

Le voici en détail sur le site de la marque

La platine :

C’est une nouveauté vis à vis de l’ancienne série, la platine est désormais amovible par dévissage d’une couronne interne : en cas de dévissage accidentel, la platine prendra donc du jeu, puis plus de jeu, puis beaucoup de jeu, avant d’éventuellement lâcher prise, ce qui ‘est un excellent gage de sécurité pour ce qui se trouve fixé dessus.
Ce système amovible donne accès à 10 modules optionnels interchangeables au sein de la gamme (inclus la platine simple, 8 sont disponibles à ce jour à l’achat).

Il devient alors possible de changer de modèle sans avoir à acheter un autre trépied (dans les limites de la taille des pattes choisie à l’achat). Dans mon cas, acheter une base avec rotule intégrée reviendrait donc à convertir le 102 en 132. Et avec un bol 75mm j’obtiens un Report 162.
Toutes les conversions sont possibles et donnent ainsi accès également aux colonnes, avec ou sans base panoramique, avec ou sans rotule ball intégrée.

C’est de mon point de vue une évolution bienvenue, et bien intégrée grâce à un système de fixation aussi ingénieux que simple, qui a de plus le bonheur d’éviter toutes possibilités d’erreurs de montage, et/ou tous les risques intempestifs de perte accidentelle de la platine (ce qui s’est déjà vu ailleurs) !

Les Jambes :

Le déplacement angulaire est ferme, fluide, et jamais raide.
C’est une nouveauté par rapport aux anciennes séries (un peu moins cher et toujours disponibles), on peut désormais caler les jambes sur 5 angles différents : 20, 40, 60, 80 et 100° ; ce qui est vraiment très bien (pour peaufiner la mise à niveau, par exemple avec une pendulaire) quand les autres marques n’en proposent généralement que 3. Le système de calage est très ingénieux puisqu’il suffit de pousser une palette avec le pouce pendant que l’on actionne la jambe à l’angle voulu (je ferai des images), de lâcher, ça se cale, et ça ne bouge plus. C’est une bonne surprise et ça m’a semblé plus pratique que les systèmes Manfrotto, Gitzo, ou autres, mais c’est encore à confirmer sur le terrain.

Sur parquet, le plastique qui termine le pied agrippe suffisamment pour caler le trépied de manière à priori sûre, mais comme ce ne sera pas mon usage, je passe. Ces embouts se repoussent facilement par vissage pour laisser apparaître des pointes.

Enfin, l’extension des jambes est assurée par une seule molette (il peut y en avoir deux sur d’autres références), et ça me semble à priori plus rapide à mettre en œuvre que je ne le pensais. Mais sur la version camo, il n’y a pas de repères de hauteur sur les jambes : je l’ignorais en commandant, mais comme ça ne me semblait pas important pour un usage sur des sols qui ne seront jamais égaux je viens seulement de le remarquer, après avoir revérifié !

b) Mon retour de terrain

Excellent à ce jour.

Il est tout d’abord d’une rigidité absolue, qui se confond fortement en terme d’efficacité à ce que l’on obtient sur bean-bag. En terme d’images, avec la Dietmar Nill, ils forment un duo que j’estime excellent, tant et si bien que je ne vois en fait pas trop ce qui pourrait être amélioré, à part ma propre technique qui est désormais la seule à faire défaut lorsqu’une image est floue : et je me dois d’ajouter, bien que j’y reviendrai en parlant de la rotule, que la Dietmar limite essentiellement les photos floues en basses vitesses aux sujets qui se déplacent, aux erreurs d’autofocus, ou en vitesse lente aux images effectuées avec un mauvais suivi du sujet (faute qui m’incombe donc).

Si une image est floue, désormais, soit cela vient de moi, soit cela vient de l’autofocus qui aura accroché une mauvaise cible (ce qui revient à dire que c’est aussi ma faute) : cela limite les excuses, mais c’est bien le but et ça me va très bien !

En terme de réglage, je reste là aussi sur ma première impression lors du déballage.

Le déploiement angulaire des jambes est d’une efficace simplicité. J’ai tellement eu l’habitude de me battre avec la raideur des jambes de mon Manfrotto (et c’est toujours vrai 8ans après… à part pour une jambe devenue « folle ») que je trouve le Berlebach d’une douceur absolue. La sélection des angles est efficace, et en changer est simple, même allongé sur le sol dans une position inconfortable : les jambes ne nécessitent que peu d’effort pour être repositionnées, tout en étant suffisamment raide pour – après quelques heures de pratique – transporter l’ensemble « trépied – tête – boîtier+500mm » sur l’épaule sans que la jambe saisie ne se referme intempestivement lorsque l’on balance le tout sur l’épaule !

Le déploiement en hauteur est lui aussi très simple et étonnamment rapide : comme je pensais faire une grosse concession là dessus, c’est une très bonne surprise, et comme il n’y a qu’une seule molette par jambe, je trouve ce système bien plus pratique que le système à sardines de chez Manfrotto (qu’il fallait prendre garde de ne pas faire claquer lorsque manipulé à proximité de la faune sauvage).

Un point où je m’attendais à souffrir était celui du portage sur l’épaule lorsque monté d’un boîtier et d’un objectif de plus de 3kg : ce qui tout compris représente un poids total d’un peu plus de 7kg. Eh bien lors de ma première sortie avec le 500mm Vendredi, j’ai volontairement fait de la billebaude pour tester ce point particulier et n’ai ressenti aucune souffrance. L’angle le plus fermé du trépied permet en fait de faire poser deux pattes du trépied sur l’épaule, ce qui répartit mieux la charge pour un confort assez proche de ce que j’obtenais avec mon Manfrotto et le 300/4 avec pourtant près de 2kg de moins, mais dont seulement une jambe reposait sur l’épaule quand la deuxième se calait quelque part sur l’omoplate. La différence de poids est pourtant bien là et se fait sentir lors des déséquilibres, ou dans les montées, mais en terme de confort sur l’épaule (ou d’inconfort), c’est finalement comparable et mon épaule n’a pas senti la différence, ce qui a été une vraie surprise : mes jambes en revanche n’ont pas le même avis, mais elles s’y feront !

Enfin, je ne l’avais pas vu avant de faire des images complémentaires aujourd’hui, mais il est possible de repositionner les pointes à 45° sur les jambes plutôt que de les laisser dans le prolongement des jambes. C’était un défaut que je m’apprêtais à souligner… mais puisque c’est possible, c’est parfait !

VII. Conclusion

Vous l’aurez compris je suis très impressionné par ce trépied qui, avec la Dietmar Nill, forme un duo qui semble couvrir mes besoins des courtes aux longues focales !
Non seulement il a répondu à ce que j’attendais de lui, mais à l’usage, je m’aperçois qu’il répond également présent sur des points où je pensais avoir fait des compromis. Je suis assez maniaque et je n’aime pas tellement livrer un compte rendu aussi idyllique, mais le fait est que pour le moment je ne lui trouve pas vraiment de défauts, même s »il n’est pas parfait : je pesterai sans doute le jour où un paysage sera impossible à réaliser sans quelques centimètres supplémentaires de hauteur ! J’en raterai probablement certains autres lorsque je devrai régler le niveau avec les seules jambes du trépied alors que j’aurais pu le faire en quelques secondes avec une base de mise à niveau : ce point là au moins est négociable par la suite ! Mais pour l’heure, je dois surtout dire que j’ai pris énormément de plaisir à découvrir ce matériel sur le terrain, ce bien que le temps ne m’ait pas aidé du tout !

Je reviendrai sur la Dietmar Nill d’ici quelques jours, dans une présentation moins… longue ! 🙂

Pour l’heure, c’est surtout au 500mm que je dois m’habituer tant il bouleverse mes habitudes sur le terrain. Reçu Jeudi, je n’ai pu faire qu’une sortie en sa compagnie Vendredi, miraculeusement presque sec, et comme je n’ai rien pour protéger cette focale de la pluie, c’était essentiel, mais surtout bien bien pourri en terme de lumière : la matinée dans le brouillard, et le reste de la journée dans la grisaille !
Quelques clichés néanmoins pour jouer le jeu de la découverte jusqu’au bout. S’ils ne remporteront aucun prix, ils m’ont permis de voir le potentiel de mon nouveau trio dans une lumière affreuse : et ainsi de juger l’efficacité de mon nouveau support à basse vitesse. La chevrette est issue d’une série faite dans un petit brouillard en sous bois avant le lever du soleil (1/50, f/4.5 et 2000iso), et l’oiseau (rousserolle des buissons juvénile ?) au 1/200, f/4.5 et 1250iso avec un rattrapage des ombres du fait du contre jour sous les arbres. Le potentiel est là, nul doute qu’il y a moyen de faire bien mieux dès que la lumière sera plus clémente

Bien entendu, si vous aviez la moindre question, ou besoin d’un complément d’information, vous pouvez me contacter par email 😉

Sauvegarde et sécurité des données numériques

À l’ère du tout numérique, qui n’a jamais connu le désormais fameux « ordinateur planté », qui, même après une tentative de redémarrage, ne démarre plus… épisode immédiatement suivi de la peur de perdre toutes vos données, si importantes, capitales, et pourtant négligées jusque là. Si ce n’est arrivé à vous directement, vous connaissez sans doute au moins une victime dans votre entourage, pourtant, aussi paradoxal que ce soit, il est aujourd’hui presque aussi facile d’y remédier que de perdre (définitivement !) ces données si vous n’en prenez pas soin.

Comme il existe énormément de façons de faire, mais mon but n’étant pas de vous faire tomber dans l’excès inverse, je vais exposer une méthode parmi d’autres, relativement facile à mettre en œuvre, et vous indiquerai aussi quelques alternatives qui me semblent pertinentes (mais que je n’utilise pas/pas encore). Mon exemple tournera autour des photos/vidéos, mais peut s’appliquer à toutes données numériques et/ou numérisées : musiques, dessins, écrits, etc…

Lire la suite...»

Quel objectif en photo animalière ?

Depuis l’ouverture de ce blog, j’ai reçu quelques courriels afin de me demander le matériel que j’utilisais, en particulier au sujet de ma focale en animalier. Afin de ne pas laisser cette question en suspens plus longtemps, toutes les images animalières sur ce site ont été faites avec un 300mm f/4 sur capteur APS-C (actuellement de marque Nikon, et de marque Canon et Nikon pour les photos du chevreuil albinos). Je n’utilise pas de téléconvertisseurs, et mes images ne sont pas ou peu recadrées : disons de l’ordre de 25 à 30% dans les cas les plus extrêmes, pour redresser un horizon, plus rarement pour compenser un manque de proximité, mais dans cette limite de 30%. Mais il n’y a pas d’absolu, et si un sujet exceptionnel devait se présenter tout en restant loin, je recadrerais autant qu’il serait nécessaire de le faire et tant que la qualité du fichier le permet, tout en le précisant. Mais si je m’impose cette limite des 30% (tout à fait arbitraire j’en conviens), c’est pour ne pas tomber dans une forme de facilité que permettrait aujourd’hui – dans une certaine mesure – la technologie, parce que mes sujets seront encore là « demain », que moi aussi (soyons positifs !!), et que c’est donc soit à moi de faire mieux en améliorant/changeant ma position d’affût, soit à l’animal de s’approcher plus si m’approcher plus est impossible sans risque de dérangement, soit enfin, en trouvant un autre sujet si, vraiment, une meilleure proximité est impossible avec celui-ci dans cet environnement !

Comme je reviendrai sur le volet matériel un jour prochain, avec une ou plusieurs pages dédiées sur ce que j’utilise et sur le pourquoi de mes choix, je n’en dirai pas davantage aujourd’hui.

En revanche, afin de rebondir sur une question qui revient perpétuellement sur les fora dédiés à la photographie, je vais vous donner une « astuce » afin que vous puissiez déterminer très simplement la focale qui vous serait idéale, sans avoir à vous reposer sur l’avis d’autres personnes. Les investissements étant importants lorsqu’on parle de longues focales, je comprends la nécessité de recourir ensuite à un forum, pourquoi pas à plusieurs, afin d’être rassuré sur les performances d’une optique, mais vous allez désormais pouvoir déterminer cette focale, ou ces focales, qui correspondraient le mieux à votre pratique de la photographie, avec une marge d’erreur faible, et sans avoir à utiliser autre chose que votre propre expérience et les images déjà prises avec votre appareil et la focale que vous possédez déjà : ce qui est tout de même préférable que de demander à d’autres de choisir pour vous quand eux-mêmes ne peuvent se baser sur autre chose que leur propre expérience (dans le meilleur des cas, et corollaire : qui n’est pas la vôtre !). Gardez toutefois à l’esprit qu’il faudra tout de même faire des compromis car quelle que soit votre pratique, aucune focale ne saura être idéale tout le temps !

Lire la suite...»

Camouflage en photographie animalière

brocard albinos, camouflage pas top

Camouflage pas top…

Un lecteur cette semaine m’a signifié dans un courriel relatif à l’article se protéger du froid en photographie nature son étonnement de ne voir dans ma liste aucun vêtement imprimé de « motifs permettant un camouflage efficace en photographie animalière », et il m’a demandé mon avis parmi divers autres vêtements camouflés présents sur sa liste, relativement à un système trois couches, adapté à priori à ses plaines.

Je souhaitais aborder cette question dans un prochain article, mais son courriel, ainsi que ma réponse, m’ont fait réaliser que cette interrogation en soulevait aussi beaucoup d’autres.

Lire la suite...»

Se protéger du froid en photographie nature

Froide et mystérieuse

Matin glacial

Le froid, plus particulièrement la saison hivernale lorsqu’elle s’accompagne de givre ou de neige, annonce généralement pour les photographes – au sens large du terme – la perspective d’ambiances singulières, de lumières magiques, et de clairs obscurs fantastiques.

Cet article, aux bases déjà sérieuses, ne prétend pas répondre aux questions que peuvent se poser ceux ou celles qui souhaiteraient affronter le cercle polaire ! Cependant, les températures en Lorraine, même si l’on écarte les pics exceptionnels de froid, tournent assez fréquemment en hiver autour de -10°C en plaine, et bien moins à mesure que l’on se rapproche des crêtes vosgiennes. Sans un minimum de précautions, le plaisir visuel dont je parlais en introduction peut rapidement tourner à l’épreuve de résistance physique par températures négatives, à fortiori en photographie nature si vous faites de longues, ou fréquentes, pauses en attente de la faune.

Pour définir clairement les choses, et parce que nous ne réagissons pas tous de la même manière au froid, je me propose donc ici d’exposer mon approche de ces conditions dans le cadre de la photographie nature pour des températures annoncées négatives sous abri et allant jusque -20°C, qui est le minimum que j’ai eu à tester jusque là sur les crêtes vosgiennes, dans des conditions de blizzards et vents moyens de 70km/h. J’ai 37ans, je suis en bonne forme physique, bien acclimaté au froid, et j’aime ces conditions. Ce retour ne vaut que s’il est pris dans cette globalité, afin que vous l’adaptiez à votre propre expérience car aucune expérience tierce ne peut être transposable en l’état. Si vous n’avez donc aucune expérience à ce niveau, ne jouez pas les apprentis sorciers kamikazes et commencez par adopter une approche prudente !

Cet article qui risque de s’étirer en longueur sera divisé en trois sections :

  • La première abordera le concept de système qui m’est devenu cher au fil des années et qui peut s’appliquer à toutes les parties du corps à protéger.
  • La seconde traitera de ces petits riens qui changent la vie lors des affûts, des pauses longues, ou répétées.
  • La dernière abordera quant à elle la protection du matériel !
Lire la suite...»